Le Mont Gargan

Culminant à 731m en limite Sud-est de la Haute- Vienne, le Mont Gargan offre aux visiteurs ses richesses naturelles, culturelles et historiques.

  • PRESENTATION DU SITE

  • LE SENTIER DE DECOUVERTE

PRESENTATION DU SITE

CARTE D’IDENTITE DU SITE

Sur le canton d’Eymoutiers, en limite sud est de la Haute-Vienne, le Mont Gargan culmine à 731 m, offrant un panorama exceptionnel sur le plateau de Millevaches et le massif des Monédières.

Un peu d'histoire...

Le Mont Gargan a fait l'objet de diverses légendes, l'une notamment liée au passage de Gargantua auquel l'on devrait sa formation et qui peut en partie expliquer son étymologie (Gargant serait le participe présent de "Garg" formé sur la racine "Gar" signifiant avaler, dévorer). Le Mont Gargan serait par ailleurs lié à un culte solaire où Gargantua, probablement un ancien dieu des Celtes et desGaulois transformé en géant par la croyance populaire et l'oeuvre de Rabelais, serait la personnification du soleil dispensateur de vie (d'après J.L. Deredempt).

L’ACTION DU DEPARTEMENT

Propriété du Département de la Haute-Vienne et des habitants du hameau de Fôret Haute situé sur la commune de Saint-Gilles-les-Fôrets, le Mont Gargan est classé monument et site naturel depuis 1983.
Au sommet du site, on trouve la chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours, érigée entre 1868 et 1871 sous la houlette de l’Abbé Louis Joyeux, alors curé de Surdoux et de Saint-Gilles-les-Forêts. Cet édifice de style néo-gothique est construit en granit et en pierre extraites de carrières locales.
Depuis une quinzaine d’années, le Conseil départemental conduit au Mont Gargan des actions de valorisation en partenariat avec les communes et les associations du territoire : restauration des milieux naturels, notamment de la lande sèche qui avait fortement été envahie par les arbustes ; préservation de l'allée des hêtres et de la fontaine ; ouverture du panorama.
Parallèlement, après avoir replacé en 2011 la cloche longtemps disparue au coeur de la chapelle, le Département a souhaité poursuivre la valorisation de ce patrimoine historique.
Réalisés par une entreprise locale située à Feytiat, les travaux qui viennent de débuter visent à assurer la stabilité de l’édifice et à préserver des éléments décoratifs (piles en briques, chapiteaux…) aujourd’hui menacés par la végétation et les intempéries.
Le coût de ce chantier s’élève à 59 000 € HT, montant intégralement pris en charge par le Conseil départemental de la Haute-Vienne.

COMMENT S’Y RENDRE

À partir de l’autoroute A20, prendre la sortie 42 et suivre le balisage routier qui vous conduira à la Croisille-sur-Briance puis à Surdoux et enfin au sommet du Mont Gargan.

Une aire de stationnement vous accueille au pied de l’allée des hêtres.

LE SENTIER DE DECOUVERTE

Aux détours du sentier de découverte de 2,2 km aménagé par le Département, le Mont Gargan offre aux visiteurs ses richesses naturelles, culturelles et historiques :

  • l’allée de hêtres centenaires,
  • les landes à bruyères vestige du paysage agropastoral,
  • les vestiges de la chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours,
  • la pierre de mémoire commémorant les actes de la Résistance.

Un carnet de découverte est mis sur place à la disposition des visiteurs par le Conseil départemental de la Haute-Vienne. Il détaille l’histoire et les curiosités patrimoniales du Mont Gargan.

Durée : 1h
Attention, ce sentier n'est pas accessible aux poussettes.

LES VESTIGES DE LA CHAPELLE

Situé sur un petit tertre au sommet, cet édifice dédié à Notre- Dame-de-Bon-Secours a été érigé entre 1868 et 1871 sous la houlette du curé de Surdoux et de Saint-Gilles-les-Forêts, l'abbé Louis Joyeux (également à l'origine de la plantation de l'allée des hêtres). Cette chapelle de style néo-gothique est entièrement construite en granit et en pierre du pays extraite de carrières locales.

LA FONTAINE DU BUISSON BLANC

Elle tire probablement son nom de l'Aubépine qui y fleurissait (épine blanche). C'était, dit-on, l'arbre de la Vierge et, pour cette raison, il portait bonheur. Selon la tradition, la fontaine ne tarit jamais et fait l'objet de diverses dévotions.

LA PIERRE DE MEMOIRE

Pendant la seconde guerre mondiale, la région du Mont Gargan a été un haut lieu de la Résistance. La pierre de mémoire témoigne des combats qui ont opposé, en juillet 1944, les Francs-tireurs et partisans (FTP) de Georges Guingouin à une importante force allemande épaulée par la Milice française. Elle perpétue la mémoire des Résistants qui ont perdu la vie au cours de cet épisode et rend hommage au colonel Guingouin. La forêt offre aussi un espace éducatif idéal pour illustrer et faire comprendre les évolutions des milieux forestiers et sensibiliser au développement durable. Le centre nature La Loutre et l’Office national des forêts y organisent des sorties nature pédagogiques à destination des scolaires.

En images