Favoriser l'autonomie des personnes handicapées

L’accompagnement des personnes âgées et de leur entourage constitue une des principales missions du Département en matière d’intervention sociale.

  • L'année 2017

    La loi pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées du 11 février 2005 a posé le principe d’un nouveau droit majeur pour la personne handicapée : le « droit à compensation » de son handicap, quels que soient l’origine et la nature de ses déficiences, son âge ou son mode de vie.

  • La Maison départementale des personnes handicapées (MDPH 87)

    Créée par la loi du 11 février 2005, la MDPH est un groupement d’intérêt public présidé par le Président du Conseil départemental.

  • Zoom sur la Carte mobilité inclusion (CMI)

    Conformément aux engagements pris par le Président de la République lors de la Conférence nationale du handicap (CNH) du 11 décembre 2014, la création de la CMI a été confirmée lors de la CNH du 19 mai 2016 et instituée par l’article 107 de la loi pour une République numérique du 7 octobre 2016.

  • Zoom sur le Réseau d’accompagnement de personnes en situation de handicap adultes de la Haute-Vienne (RAPHA 87)

    Dans le cadre de l’adaptation de l’offre aux nouveaux besoins, le Schéma de l’autonomie
    2015-2019 mentionne, dans son plan d’actions, le développement de l’accueil familial pour adultes handicapés.

    Par ailleurs, la loi du 28 décembre 2015 relative à l’adaptation de la société au vieillissement encourage cette forme alternative d’accueil entre le domicile et l’établissement, qui offre à ceux qui ne peuvent plus ou ne souhaitent plus rester chez eux, un cadre de vie familial qui leur permet de bénéficier d’une présence aidante et stimulante et d’un accompagnement personnalisé.

    Ainsi, le Département s’est engagé dans le déploiement de ce type d’accueil, habilité à l’aide sociale départementale, sur l’ensemble du territoire.

    Le Président du Conseil départemental délivre l’agrément, organise le contrôle des accueillants familiaux et leurs remplaçants, assure le suivi social et médico-social des personnes accueillis, le contrôle des conditions d’accueil, ainsi que la formation des accueillants familiaux.

    Suite à un appel à candidature de foyers de vie souhaitant assurer par délégation la formation et le suivi d’accueillants familiaux pour personnes handicapées, un projet de Groupement de coopération sociale et médico-sociale (GCSMS) nommé RAPHA 87, regroupant quatre structures, a été retenu en 2017.

    Des travaux ont été menés jusqu’à la fin de l’année pour le montage du dispositif et l’élaboration de documents supports avec un objectif de 26 places d’accueil.
    2 candidats à l’accueil ont été agréés au 1er janvier 2018, pour une capacité d’accueil de cinq places.

  • Focus sur l’évolution des publics des structures pour personnes handicapées

    Dans la continuité des réflexions conduites lors de l’élaboration du schéma de l’autonomie 2015-2019, autour des orientations retenues dans ce document, des entretiens et visites ont été réalisés en 2016 auprès de tous les établissements et services accueillant des personnes handicapées afin d’évaluer l’évolution des profils des résidents.
    Ce bilan devra nous permettre dans les années à venir de faire évoluer l’offre de service auprès de ces populations.

    Les problématiques liées au vieillissement des résidents en institution et leurs difficultés de parcours se confirment. Tous ne sont pas égaux devant les difficultés liées à l’âge.

    Certains devraient bénéficier d’une nouvelle orientation vers un Foyer d’accueil médicalisé (FAM) ou une Maison d’accueil médicalisée (MAS), mais demeurent en foyer de vie, faute de places disponibles.

    D’autres nécessitent des soins accrus et un rythme adapté mais sont encore en capacité de vivre au sein d’un collectif, en revanche, ils éprouvent une difficulté grandissante à sortir de l’établissement, soit parce que leur situation physique se dégrade soit parce que les parents eux-mêmes vieillissants ne sont plus en mesure de les accueillir à domicile.

    En outre, les nouveaux arrivants présentent souvent une pathologie psychiatrique associée à une déficience. Ces problématiques sont présentes dans la quasi-totalité des admissions récentes et conduisent à faire cohabiter des personnes d’âges différents au rythme de vie propre.

    Au titre des Services d’accompagnement à la vie sociale (SAVS) et des Services d’accompagnement pour personnes handicapées à domicile (SAPHAD), on retrouve les problématiques liées au vieillissement des proches et à l’augmentation des pathologies psychiatriques. Les services sont fortement confrontés à l’évolution des publics et à la nécessité de modifier les accompagnements.

    Les sections d’animation accueillent quant à elles de plus en plus de travailleurs en temps partiel ou en arrêt maladie afin :

    • de leur permettre de maintenir une forme de socialisation ;
    • de ne pas décrocher avec l’institution ;
    • ou pour les plus jeunes, de prendre le temps de se stabiliser et de s’intégrer dans les circuits du travail adapté.