Le désordre des choses / Alain Chamfort

2018

Il y a des chanteurs dont la discrétion n’empêche pas le talent. Pas de tralala, de buzz ou autre peoplerie pour exister. C’est le cas d’Alain Chamfort, qui avec 50 ans de carrière, faits de hauts et de bas, reste un élégant monsieur de la chanson pop française.

Avec ce superbe 14ème album « Le désordre des choses », Chamfort prouve qu’il n’est pas que l’éternel interprète de « Manureva » ou « La fièvre dans le sang ». Même si le titre qui ouvre cet album « Les microsillons » à l’accompagnement épuré au piano, n’est pas d’une franche gaieté, le texte est d’une incroyable beauté : un regard sur le temps qui passe, « t’en souviendras-tu toutes les chansons que le temps a gravées au plus profond, t’en souviendras-tu toutes les chansons ». Avec ça, on dirait bien que Chamfort va mettre tout le monde d’accord. « Exister », sur une compo pop électro à la Daho, (les 2 ayant d’ailleurs cette même classe), est lui aussi un texte percutant sur le fait de n’avoir pas choisi d’être sur terre mais comme le dit Alain Chamfort en interview, « vivre sa vie comme une belle épreuve ». Le 1er extrait de cet album « Tout est pop » dont le clip est réalisé par des chats, si si, évoque le problème qu’il n’y ait plus de hiérarchie dans l’importance des choses, mettant à mal notre capacité à prendre du recul et à les analyser. Tous les textes de l’album sont signés Pierre-Dominique Burgaud, parolier reconnu, ayant déjà collaboré avec Chamfort mais également avec Louis Chédid, Johnny, Laurent Voulzy entre autres. Burgaud a su écrire des textes simples, beaux et percutants sur les compositions du chanteur ; textes qui ne lorgnent pas dans la chouinerie malgré la mélancolie qu’ils dégagent. Chez Alain Chamfort et son désordre des choses, tout est pop, dans le meilleur et on en redemande.

Katia Royère De Bastiani

Postez votre commentaire :

Retour aux chroniques