Les actions d’inclusion sociale

Ces actions sont destinées à développer les prérequis nécessaires à l’élaboration de parcours d’insertion pour les personnes ne pouvant accéder aux mesures d’insertion professionnelle ou au secteur de l’IAE comme inscrit dans le PTI.

Elles constituent, en parallèle de l’accès au droit commun, une offre d’insertion mobilisable dans l’élaboration des CER particulièrement destinée aux personnes accompagnées par les travailleurs sociaux du Département.

Par nature très diverses (ateliers de mobilisation, accompagnement psychosocial, aide financière, spécificités de certains publics), ces actions au nombre d’une vingtaine ont accueilli près de 3 000 personnes dont une grande majorité d’allocataires du RSA.

Le Conseil départemental a contribué en 2018 au financement ou co-financement de l’ensemble de ces actions à hauteur de 508 920,50 € dont 348 889,04 € par le biais de marchés publics eux-mêmes mobilisant des crédits du Fonds social européen. Cette contribution enregistre une diminution de 15,7 % au regard de l’année précédente du fait des nouvelles dispositions relatives aux aires d’accueil.

Il a également engagé 25 020,02 € au titre du fonds départemental d’insertion (FID) qui a enregistré 160 demandes (136 accords et 24 rejets). L’utilisation de ce fonds a concerné massivement la mobilité comme illustré ci-après : 32 % pour la réparation de véhicules, 30 % pour des frais de déplacement, 12 % pour l’assurance et 11 % pour des frais de formation.

Au regard du volume des prescriptions en attente et des besoins non satisfaits,         3 problématiques restent particulièrement saillantes. Il s’agit de la mobilité et des savoirs de base et de l’accès au numérique.

Les savoirs de base

La population relevant du dispositif RSA se caractérise par une part conséquente de personnes disposant de qualifications inférieures à un niveau V et/ou ne maîtrisant que partiellement le français. Cette situation compromet la construction de parcours d’insertion cohérente et nécessite une offre de formation élargie et accessible. Dans ce cadre l’augmentation de la capacité d’accueil de l’association Culture alpha a permis, courant 2018, d’abaisser les délais d’accès aux prestations.

La mobilité

Au terme de sa 2ème année de fonctionnement, la Plateforme mobilité présente une activité toujours conséquente ; des axes de progrès restent cependant à promouvoir au vu notamment de la prégnance de cette thématique dans les parcours d’insertion.

L’usage du numérique

L’introduction de temps de sensibilisation à l’usage du numérique dans certaines actions témoigne de l’importance de cet enjeu pour nombre de personnes en insertion. Elle permet une identification de la nature des difficultés rencontrées : techniques, pédagogiques, culturelles, financières etc. Face à la dématérialisation croissante, cet enjeu revêt un caractère prioritaire appelant une mobilisation du plus grand nombre.