Tribune libre

Retrouvez dans cet espace l'expression des groupes politiques de l'Assemblée départementale.

Groupe Socialiste et apparentés

Bienvenue sur l’espace réservé à l’expression du groupe socialiste et apparentés, qui est majoritaire au sein de notre Assemblée départementale.

L’année dans laquelle nous entrons va marquer la moitié de notre mandature.
Nous ne manquerons pas d’établir un bilan précis des actions menées et des engagements réalisés par notre majorité au cours de ces 3 premières années écoulées.
Pour l’heure, notre collectivité prépare son budget pour l’année 2018, qui, rappelons-le, est soumis à la règle de l’équilibre réel entre les recettes et les dépenses.
L’exercice est d’autant moins évident qu’un plan d’économies de 13 milliards € va concerner 319 collectivités, dont la nôtre, via un pacte dit de confiance. Ce dernier vise notamment à limiter les hausses de leurs dépenses de fonctionnement.
Les Départements mènent déjà une politique de gestion rigoureuse de leurs dépenses de personnel mais sont également confrontés à des variations du nombre de bénéficiaires des allocations individuelles de solidarité (APA, PCH, RSA).
Dans un tel contexte, la majorité départementale tient à réaffirmer son attachement au maintien d’un service public de qualité sur notre territoire.

Laurent LAFAYE
Président

Focus sur le canton de Saint-Léonard-de-Noblat

Suite au redécoupage effectué en 2014, cette vaste circonscription s’est agrandie et compte maintenant 13 communes. dynamiques : Aureil, Champnetery, le Châtenet-en-dognon, Eybouleuf, La Geneytouse, Moissanes, Saint-Denis-des-Murs, Saint-Just le-Martel, Saint-Léonard-de-Noblat, Saint-Martin-Terressus, Saint-Priest-Taurion, Sauviat-sur-Vige.
Ce nouveau territoire, de par sa composition, présente une mixité rurale et semi-urbaine qui le rend encore plus riche socialement et culturellement. C’est tout naturellement que Christelle Aupetit-Berthelemot et Jean-Claude Leblois ont souhaité s’investir pour ce canton et la population qui le compose. La maison du Département située à St-Leonard-de-Noblat, qu’ils soutiennent, est un des sites du département qui joue un rôle important pour ses concitoyens. Des salariés du département, qui travaillent en collaboration avec les élus,  sont présents pour accueillir et renseigner sur l’ensemble des dispositifs mis en œuvre par le Conseil Départemental de la Haute Vienne. Les élus sont également très attentifs à la politique départementale menée envers la jeunesse (d'aide et de support auprès du collège de Saint-Léonard-de-Noblat ; accès à la mobilité pour tous au travers de l’aide au permis de conduire) mais aussi pour le développement du numérique sur le territoire.

Le binôme titulaire :

  • Christelle AUPETIT-BERTHELEMOT, Adjointe au Maire de Saint-Just-le-Martel

Conseillère départementale depuis 2015, elle est membre de la commission permanente, qui assure le suivi des affaires courantes entre les séances du Conseil départemental, de la 4ème commission chargée d’examiner les dossiers portant sur l’éducation, la jeunesse, la culture et les sports et de la commission de programmation (équipement des communes et de leurs groupements).
Elle siège aux conseils d’administration du collège Bernard Palissy, des EHPAD d’Eymoutiers et de Châteauneuf-la-Forêt ainsi qu’au comité de surveillance de l’hôpital Monts et Barrages.

  • Jean-Claude LEBLOIS, Conseiller municipal de la Geneytouse

Elu Président du Conseil départemental en avril 2015, il est le chef de l’exécutif ; il prépare et exécute les délibérations du Conseil départemental et est l’ordonnateur des dépenses du Département et prescrit l’exécution des recettes. Il est aussi le chef des services du Département.
Il préside par ailleurs le conseil d’administration du SDIS de la Haute-Vienne et de l’agence technique de la Haute-Vienne (ATEC) ainsi que la commission exécutive de la maison départementale des personnes handicapées (MDPH).

Ils assurent une permanence ouverte à tous, à la mairie de Saint-Léonard-de Noblat, une fois par mois. Les dates sont communiquées à l'avance par voie de presse et en mairie.   

Ils ont pour remplaçants, Alain DARBON, Maire de Saint-Léonard-de Noblat et Président de la communauté de communes, et Isabelle BOUCHOULE, Conseillère municipale de Saint-Martin-Terressus.

Vous pouvez contacter :

Publié le 15/12/2017

Groupe Les Républicains - UDI - MODEM - Indépendants

Départements: 3 = (1 + une Métropole )

R. SAVY et J.C. PEYRONNET proposent la création simultanée d'un Département dénommé LIMOUSIN sur la base des 3 que comprend l'ex Limousin et le passage de LIMOGES au statut de METROPOLE. C'est une bonne idée.

Un préalable à leur proposition est d'évaluer les conséquences de la réforme territoriale qui a fusionné le Limousin et le Poitou-Charentes dans l'Aquitaine. Si le positif l'emporte la question est réglée.

Sinon, il y aura à demander le statut de métropole pour LIMOGES  ce qui n'a pas été fait par le passé ! Alors qu'il présente 3 avantages :

  1. pour la cohésion du territoire : une métropole forte aura un impact fort sur le rural par son effet de rayonnement supérieur à l'effet de polarisation.
  2. par le transfert de la compétence économique du Conseil Régional au profit du LIMOUSIN qui redonnera de la proximité aux politiques territoriales.
  3. en faisant de la métropole LIMOGES le point d'appui pour le développement des 3 ex départements en obtenant le renforcement par les infrastructures de l'armature urbaine régionale devant relier BORDEAUX, LIMOGES et POITIERS. Elle jouera au bénéfice de tout le territoire et il y a là une cohérence spatiale à créer.

La conséquence de ce statut est de renforcer le LIMOUSIN dans la Nouvelle Aquitaine en gardant à l'esprit que la vision régionale est encadrée par la loi. Une métropole renforcera le poids à BORDEAUX des 24 élus sur 183 qui nous sont alloués. LIMOUSIN serait un intitulé fort car parlant à l'intérieur du territoire concerné comme à l'extérieur.

Raymond ARCHER

Publié le 15/12/2017

Groupe ADS-PCF

Contre la baisse des APL et pour le droit au logement pour tous !

Afin de renflouer les caisses de l’Etat, le gouvernement a annoncé une réduction de l’APL (Aide Personnalisée au Logement). Cette baisse qui se traduirait par une perte sèche de 60 euros par an pour les locataires déjà durement impactés, serait compensée intégralement par une baisse équivalente des loyers. C’est inacceptable ! La baisse des aides au logement pour les locataires du parc social mettrait en péril l’équilibre financier des bailleurs sociaux, engageant ainsi les garanties des collectivités locales. La perte annuelle de ressources est autant de fonds propres qui ne seraient plus investis dans l’entretien courant, dans la rénovation urbaine et le développement de l’offre nouvelle, affectant l’activité des entreprises locales du bâtiment. C’est pour cela que nous appelons à la mobilisation de tous, locataires, élus, associations… pour exiger la suppression de la baisse des APL et la mise en œuvre d’un véritable plan de construction de logements sociaux.

Groupe ADS – PCF 

  • Pierre ALLARD, canton de Saint-Junien
  • Sylvie TUYERAS, canton de Saint-Junien
  • Thierry LAFARGE, canton d’Eymoutiers
  • Jacqueline LHOMME-LEOMENT, canton d’Eymoutiers

Publié le 15/12/2017