Tribune libre

Retrouvez dans cet espace l'expression des groupes politiques de l'Assemblée départementale.

Groupe Socialiste et apparentés

Bienvenue sur l’espace réservé à l’expression du groupe socialiste et apparentés, qui est majoritaire au sein de notre Assemblée départementale.

Nous sommes arrivés à la moitié du mandat accordé par les électeurs en mars 2015. C'est l'occasion de faire un rapide retour en arrière sur ces 3 premières années écoulées.
Elles ont été marquées par un contexte budgétaire contraint et par la mise en œuvre de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République, confortant le Département dans son rôle de chef de file des solidarités humaines et territoriales.
Elles ont vu notamment:

  • la mise en place d'un plan numérique départemental pour tous,
  • la réalisation d'aménagements routiers sur l'ensemble du territoire,
  • l'instauration de nouveaux dispositifs en faveur des agriculteurs, des jeunes, des personnes en recherche d'emploi, du monde associatif ou encore des seniors,
  • la création d'aires de covoiturage.

Et bien d'autres projets sont en cours ou à venir, comme l'extension des archives départementales, la création d'un stade d'athlétisme couvert à Chéops, la restructuration du CDEF sur le site du Chinchauvaud.

Laurent LAFAYE
Président

Focus sur le canton de Saint-Yrieix-la-Perche

Comprenant 17 communes du sud de la Haute-Vienne, issues des 3 anciens cantons de Saint-Yrieix, Nexon et Châlus, le canton compte près de 21 000 habitants. La présence du Département y est très importante : MDD à caractère social et technique (Saint Yrieix, Nexon et Châlus) mais aussi en termes d’investissements directs ou indirects dans les différentes communes (bâtiments, routes) ou de fonctionnement (associations, école de musique, centre culturel).

Le binôme titulaire :

  • Monique PLAZZI, Adjointe au Maire de Saint-Yrieix-la Perche

Vice-présidente chargée des politiques d’accompagnement à la perte d’autonomie et au handicap, elle assure la vice-présidence de la 1ère commission examinant les dossiers relatifs aux affaires générales, au patrimoine départemental et au personnel. De plus, elle est membre de la commission permanente et de la commission de programmation (équipement des communes et de leurs groupements).
Membre de la commission exécutive de la MDPH, elle préside la CDAPH .Elle représente aussi le Président du Département aux CA des foyers de vie d’Ambazac et de Neuvic Entier, au conseil de surveillance du Centre hospitalier de Saint-Yrieix et assiste aux CA des EHPAD de Nexon et de Châlus. Elle siège également aux CA du collège et du lycée agricole André Guillaumin de Saint-Yrieix. Elle représente le Président du Conseil départemental ou la collectivité dans une vingtaine d’autres commissions.

  • Stéphane DELAUTRETTE, Maire des Cars, Président de la Communauté de communes Pays de Nexon-Monts de Châlus

Vice-président en charge des investissements et des politiques contractuelles, il participe aux travaux de la 5ème commission (solidarité, enfance, personnes âgées et handicapées). Il est vice-président de la commission de programmation et membre de la commission permanente, qui assure le suivi des affaires courantes entre les séances du Conseil départemental.
Il siège aux conseils d’administration du SDIS, des EHPAD et des collèges de Châlus et de Nexon ainsi qu’aux conseils syndicaux du SMALB et du SYDED. Il préside les CAP du Département et la commission départementale de la présence postale territoriale.

Ils ont pour remplaçants, Sylvie VALLADE, Maire de Saint-Hilaire les Places, et Daniel FAUCHER, Adjoint au Maire de Nexon et vice-président du Syndicat Energie Haute-Vienne.

Vous pouvez contacter :

Publié le 13/04/2018

Groupe Les Républicains - UDI - MODEM - Indépendants

Suppression de la taxe d’habitation : qu’en est-il ?

Annoncée pendant la campagne présidentielle et confirmée au Congrès des maires en novembre dernier, la suppression de la taxe d’habitation est bien à l’ordre du jour.
Le budget 2018 a ainsi entamé sa suppression qui sera progressive, étalée sur 3 ans à hauteur d’un tiers chaque année. Et, c’est à l’horizon 2020 qu’elle disparaitrait pour 80 % des ménages, déclarait à l’automne dernier le Président de la République.

Même si à bien des égards cet impôt est critiquable et notamment pour son aspect inéquitable, sa suppression sur 80 % des ménages aurait impliqué une trop forte concentration sur les 20 % restants ! D’où une nouvelle annonce qui, cette fois-ci, prévoit une suppression totale en 2020 sur les résidences principales.

Sachant que le gouvernement s’est engagé à ne créer aucun nouvel impôt pour compenser la perte de la taxe d’habitation, nous comprenons qu’il ne peut œuvrer que par la hausse des impôts existants.

Selon le Comité des finances locales, l’instance officielle de dialogue entre les élus locaux et l’Etat, qui s’est réuni fin février, il serait envisagé de transférer la part départementale de la taxe foncière au bloc communal  et une part de la TVA serait aussi allouée aux communes et aux intercommunalités. Enfin, pour combler le trou créé dans les recettes des départements, l’idée serait d’augmenter la CSG.

Quelle complexité ! Pour quelle finalité ? Espérons que cette mesure ne découle pas uniquement d’une promesse électoraliste sous-évaluée.

Sarah GENTIL

Publié le 13/04/2018

Groupe ADS-PCF

Pour une nouvelle loi fondatrice sur les transports et la mobilité !!!

35 ans après le vote de la loi LOTI, il est grand temps que la France se dote d’une nouvelle loi fondatrice sur les transports et la mobilité. Les transports sont déterminants dans l’aménagement des territoires, la lutte contre la désertification et la fracture sociale des territoires ruraux ainsi que contre la désindustrialiation. Alors que le transport est toujours le 1er secteur émetteur de gaz à effet de serre, la loi d’orientation sur les mobilités doit être une loi fondatrice pour la sortie des énergies carbonées. Elle doit être une grande loi d’aménagement du territoire qui participe à la lutte contre l’étalement urbain, donne systématiquement la priorité aux transports les moins polluants (marche, vélo, transports ferrés de voyageurs comme marchandises, fluviaux, bus, parcs relais…) sur les modes mécanisés individuels. Elle doit être une grande loi de développement des investissements publics dans les infrastructures, en particulier pour le rail, le fluvial, le vélo, une grande loi de développement du service public (d’où notre soutien inconditionnel à la lutte engagée aujourd’hui par les cheminots) et des grandes entreprises publiques. Cette loi d’orientation sur les mobilités doit donc être une grande loi sociale, environnementale, industrielle, de santé publique, du service public et d’aménagement du territoire.

Groupe ADS – PCF 

  • Pierre ALLARD, canton de Saint-Junien
  • Sylvie TUYERAS, canton de Saint-Junien
  • Thierry LAFARGE, canton d’Eymoutiers
  • Jacqueline LHOMME-LEOMENT, canton d’Eymoutiers

Publié le 13/04/2018