Tribune libre

Retrouvez dans cet espace l'expression des groupes politiques de l'Assemblée départementale.

Groupe Socialiste et apparentés

Bienvenue sur l’espace réservé à l’expression du groupe socialiste et apparentés, qui est majoritaire au sein de notre Assemblée départementale.

Pour illustrer les 3 années qui viennent de s’écouler et les actions conduites par le Département au service des haut-viennois, il est bon d’avoir à l’esprit certains chiffres :

  • 3 000 projets d’accompagnement des communes et intercommunalités pour participer à leur développement, soit un investissement de 87 millions €
  • 58 millions € affectés aux politiques d’insertion et au revenu de solidarité active
  • Plus de 9 000 bénéficiaires de l’allocation personnalisée d’autonomie et 37 EHPAD
  • 21 millions € investis pour le numérique (collèges, entreprises et particuliers)
  • 4 000 Km de routes départementales et une enveloppe annuelle de 18 millions €
  • 15 millions € alloués par an aux 34 collèges publics
  • 132 logements adaptés programmés dans 43 communes
  • 3 millions € en faveur de l’agriculture
  • 1,5 million € pour soutenir une pratique sportive pour tous

Et il y a bien d’autres investissements qui sont projetés, comme la création d’un stade couvert et d’un espace de travail partagé pour les comités départementaux sportifs, la restructuration du Centre départemental de l’enfance et de la famille, le développement des sites touristiques ou encore de nombreux aménagements routiers pour mieux irriguer notre territoire et le rendre encore plus dynamique.

Laurent LAFAYE
Président

Un patrimoine  départemental varié et de qualité

Le Conseil Départemental possède plusieurs bâtiments répartis sur l’ensemble de la Haute-Vienne. De nombreux investissements sont réalisés en permanence pour aménager et entretenir ce patrimoine diversifié, parfois méconnu du grand public ; ainsi nous pouvons citer :

  • Les services administratifs, certainement les plus fréquentés, avec notamment l’Hôtel du Département situé sur le site de la Visitation, rue François Chénieux à Limoges et les 29 Maisons du Département implantées sur l’ensemble du territoire pour être au plus près des usagers.
  • Les bâtiments à vocation culturelle ou sportive tels les archives départementales, le site de Châlucet, le musée de Rochechouart, le centre de la mémoire ou encore la création prochaine d’un stade d’athlétisme couvert et d’un espace de travail partagé pour les comités sportifs départementaux sur le site de Chéops.
  • Les bâtiments à vocation touristique et économique avec les nombreux aménagements du site de Saint-Pardoux, des travaux de mise aux normes au laboratoire départemental ou encore la maison départementale de l’ingénierie et de l’habitat qui verra bientôt le jour.
  • Le patrimoine départemental, c’est aussi les 34 collèges, et indirectement les établissements d’hébergement de personnes âgées dépendantes, les centres d’incendie et de secours…

Comme nous pouvons le constater, notre collectivité dispose d’un vaste patrimoine  qui nécessite l’attention permanente des différentes directions et des crédits importants votés par l’assemblée tous les ans.

Stéphane Veyriras
Président de la 1ère commission
(affaires générales, patrimoine, personnel, relations internationales)

Publié le 14/02/2019

Groupe Les Républicains - UDI - MODEM - Indépendants

Aides sociales : un modèle à repenser

Pour répondre à la problématique des fins de mois difficiles, dénoncée par les Gilets jaunes, le Gouvernement a élargi la prime d’activité.

Instaurée en 2016 en remplacement de la prime pour l’emploi et du RSA activité, elle est destinée aux personnes payées au SMIC afin qu’elles gagnent un peu plus que celles qui cumulent les aides sociales en ne travaillant  pas.

Quel paradoxe dans notre pays ! Le SMIC en France est l’un des plus élevé de l’OCDE et il faut néanmoins ajouter des aides de l’Etat pour inciter à travailler. Notre système est tel que l’Etat est contraint de couvrir une partie importante de la rémunération du salarié, non seulement en annulant les charges sociales aussi bien patronales que salariales et notamment cette année, en prenant en charge un complément important de salaire qui ne supporte déjà, ni charges salariales, ni impôts.

Nous considérons que cette situation résulte du foisonnement et de la complexité des aides sociales, qui du fait de leur conditionnement par des plafonds de ressources dissuadent dans certains cas la reprise d’activité.

C’est pourquoi nous pensons nécessaire une refonte complète de ce système via la mise en place d’une allocation sociale unique et transparente permettant ainsi d’afficher clairement le montant de l’allocation afin de mettre immédiatement en évidence les effets pervers de ce modèle et « les trappes à inactiver » pour lever les incertitudes sur le risque d’une reprise d’activité.

Publié le 14/02/2019

Groupe ADS-PCF

Les services publics au cœur

S’il y avait quelques premières leçons à tirer de la séquence politique actuelle, ce serait que les services publics constituent bien le pilier de notre organisation sociale, économique, territoriale de la République. Les besoins exprimés par le mouvement social en cours sont clairs : proximité, égalité, gratuité.
Ne pas répondre à cette demande, c’est priver nos territoires et leurs habitants de services publics essentiels, c’est favoriser la désertification économique, démographique de ces mêmes territoires.
Ne pas répondre à cette demande, c’est considérer que les services publics ne sont que des coûts financiers, alors que ce sont des investissements pour l’avenir, pour la santé, la formation, les transports, la culture.
De toute notre conviction, nous appelons le gouvernement à faire de ce moment de grand débat, une chance pour les services publics.

Groupe ADS – PCF 

  • Pierre ALLARD, canton de Saint-Junien
  • Sylvie TUYERAS, canton de Saint-Junien
  • Thierry LAFARGE, canton d’Eymoutiers
  • Jacqueline LHOMME-LEOMENT, canton d’Eymoutiers

Publié le 14/02/2019