Tribune libre

Retrouvez dans cet espace l'expression des groupes politiques de l'Assemblée départementale.

Groupe Socialiste et apparentés

Bienvenue sur l’espace réservé à l’expression du groupe socialiste et apparentés, qui est majoritaire au sein de notre Assemblée départementale.

Le mois de septembre a rimé pour une grande majorité d’entre nous avec le mot rentrée.
Je pense bien sûr à la rentrée des classes. Le Département ayant pour compétence notamment l’entretien des 34 collèges publics haut-viennois, il a profité, comme chaque année, de la période estivale pour réaliser des travaux dans plusieurs d’entre eux.

Je tiens à souligner les efforts consentis par la collectivité, ce sont plus de 8 millions d’euros consacrés cette année pour mener à bien des opérations de travaux immobiliers dans les collèges et améliorer les conditions d’études de nos jeunes.

C’est souvent l’occasion de s’inscrire dans un club sportif ; aussi, j’en profite pour rappeler l’existence du dispositif Pass’ Club mis en place par le Conseil départemental et destiné à participer au financement d’une licence sportive pour tous les jeunes haut-viennois entrant en classe de 6ème.

Et plus généralement, il y a pour tout le monde la reprise d’une activité ; le rendez-vous annuel « Randonnez-vous », proposé par le Conseil départemental, a permis à près de 2000 personnes de découvrir la Tourbière des Dauges le 7 septembre et Rochechouart le 8 septembre.

Laurent LAFAYE
Président

Le Laboratoire départemental d’analyses et de recherches, un outil de proximité essentiel

Situé près du CHU de Limoges, ce service annexe du Conseil départemental, qui compte une trentaine d’agents, effectue des analyses dans les domaines de la santé animale, l’hygiène alimentaire et la chimie.

Il contribue à la surveillance en Haute-Vienne de l’état sanitaire des élevages, à l’aide au diagnostic vétérinaire, au contrôle de la qualité des productions primaires animales, à la sécurité alimentaire des restaurations collectives ou  encore au contrôle des filières agroalimentaires.

Même si le laboratoire met ses moyens à disposition des collectivités, des administrations et de la population haut-viennoise, il convient de souligner qu’une large partie de ses missions s’adresse aux éleveurs et à leurs groupements.

Il réalise ainsi pour leur compte les analyses dans le cadre des contrôles sanitaires des maladies règlementés du bétail, celles demandées à l’introduction et à l’exportation, celles des pathologies des animaux de rente, l’aide aux diagnostics vétérinaires ainsi que les analyses pour la surveillance des maladies qui se propagent dans la faune sauvage.
Conscient des difficultés rencontrées par une majorité d’éleveurs, le Département a majoré en 2018 sa participation financière, et ce alors que sa situation financière est des plus contraintes, afin de permettre le financement d’une remise d’environ 20% sur le coût des analyses.

Or,  suite à une procédure de consultation de différents laboratoires, la Coopérative départementale agricole  d’action sanitaire (CDAAS) a décidé de ne plus confier, en dépit d’une nouvelle remise de 14% par rapport à 2018, la réalisation des analyses obligatoires de ses adhérents au laboratoire départemental de la Haute-Vienne mais à un autre situé en dehors de notre territoire.

Cette décision est lourde de conséquences tant pour le devenir du laboratoire, amputé de 60% de son activité, que pour les agriculteurs qui ne disposeraient plus d’un service public de proximité. Aussi, nous nous devions de leur préciser qu’il est toujours possible de travailler directement avec le laboratoire en le précisant à la CDAAS lors des prélèvements.

Alain AUZEMERY
Conseiller départemental de la Haute-Vienne
Président du Laboratoire départemental

Publié le 15/10/2019

Groupe Les Républicains - UDI - MODEM - Indépendants

Fusion des régions : les économies promises ne sont pas au rendez-vous

Alors que les économies seraient de rigueur, un récent rapport de la Cour des comptes sur les finances locales dénonce les surcoûts de la fusion des régions décidée par François Hollande en 2015 et opérée au 1er janvier 2016.

Le rapport révèle en effet que la fusion a généré plus de dépenses que d’économies. Pourtant, les nouvelles régions devaient être plus efficaces, plus proches des citoyens et capables en fusionnant de faire des milliards d’euros d’économies mais on en est bien loin ! Pourtant la réforme avait été présentée par le secrétaire d’Etat à la Réforme territoriale de l’époque comme la meilleure arme pour réaliser des économies d’échelle significatives. Il s’était même avancé sur des économies possibles de l’ordre de 10 milliards d’euros à moyen terme. Il n’en n’est rien ! A l’inverse, la Cour des comptes évoque des surcoûts de 50 millions annuels !

La hausse des indemnités des personnels par leurs primes qui se sont envolées (+ 18 % en Nouvelle-Aquitaine) est notamment mise en cause.
Comme nous l’avions craint à l’époque, l’effet était inévitable mais aurait dû être davantage compensé par des gains d’efficience engendrés, par exemple,  par le regroupement des effectifs dans un seul siège régional. A ce jour, on se trouve même avec des régions doublonnées de sous-régions. Mais cela était prévisible car ces régions sont bien trop grandes.

Publié le 15/10/2019

Groupe ADS-PCF

Un référendum contre la privatisation des aéroports de Paris !

Notre groupe s’est prononcé clairement contre la privatisation de « Aéroport de Paris » (ADP). Pour la 1ère fois, vous pouvez en faire de même en signant la pétition en ligne. 4,7 millions de signatures d’électeurs sont nécessaires.

https://www.referendum.interieur.gouv.fr/soutien/etape-1

Les privatisations sont néfastes pour nos concitoyens et pour notre pays. Les actionnaires, seuls à en profiter, achètent à bas prix les biens publics et réalisent des profits sur notre dos. Or, ADP est une entreprise rentable qui a rapporté 175 millions d’€ à l’Etat en 2018.
Les conséquences de la privatisation : poursuite d’un désastre écologique avec le projet du nouveau terminal à Roissy (T4) : +500 avions/jour ;  cession à la finance du transport aérien et des principales portes d’entrée du pays (102 millions de passagers/an) ; spéculation immobilière de 8 600 hectares de terrain disponible (2/3 de la superficie de Paris).

Sur les enjeux importants pour notre pays, c’est au peuple de décider.

Groupe ADS – PCF 

  • Pierre ALLARD, canton de Saint-Junien
  • Sylvie TUYERAS, canton de Saint-Junien
  • Thierry LAFARGE, canton d’Eymoutiers
  • Jacqueline LHOMME-LEOMENT, canton d’Eymoutiers

Publié le 15/10/2019