Tribune libre

Retrouvez dans cet espace l'expression des groupes politiques de l'Assemblée départementale.

Groupe Socialiste et apparentés

Bienvenue sur l’espace réservé à l’expression du groupe socialiste et apparentés, qui est majoritaire au sein de notre Assemblée départementale.

L’arrivée du printemps marque le lancement d’une période culturelle riche et variée en Haute-Vienne qui va se poursuivre pendant tout l’été.
Celle-ci débute avec une nouvelle édition de la Culture au Grand Jour ; nous fêtons aujourd’hui son trentième anniversaire, preuve du beau parcours déjà réalisé par cette manifestation qui ne donne aucun signe d’essoufflement et rencontre toujours un franc succès.
Ce n’est pas dû au fruit du hasard mais bien à la volonté, sans cesse réaffirmée, du Département de faciliter l’accès  à la culture à l’ensemble des haut-viennois.
En proposant cette année encore 40 spectacles gratuits répartis sur l’ensemble du département et dans registres différents tels que des pièces de théâtre, des concerts, de la danse, des spectacles pour le jeune public, des contes ou encore des expositions, notre collectivité entend participer à l’animation de toutes les parties de notre territoire, en offrant la possibilité à tous ceux qui le souhaitent d’aller découvrir des artistes locaux près de chez eux.
Cette manifestation met aussi en avant les différentes salles de qualité dont nous disposons, qu’elles soient la propriété du Département ou celle des communes.

Bonne découverte à tous !

Laurent LAFAYE
Président

Le budget départemental, un acte fondamental

La commission de synthèse que je préside est chargée d’examiner les rapports à caractère financier et d’effectuer la synthèse des délibérations adoptées par les commissions spécialisées.
Je m’arrêterai plus particulièrement sur les rapports à caractère financier et notamment sur l’acte fondamental d’une collectivité territoriale, son budget.
Il s’agit de l’acte qui prévoit et autorise les recettes et les dépenses du Département, c’est à travers lui que se concrétisent les choix et les orientations des élus départementaux.
Alors qu’il n’existe qu’un seul budget, il est possible de distinguer toutefois plusieurs documents :

 

  • Le budget primitif voté généralement au mois de février,
  • Le budget supplémentaire adopté au mois de juin,
  • La décision modificative n°2 examinée au mois d’octobre,
  • La décision modificative n°3 étudiées au mois de décembre.

Les  documents, venant compléter le budget primitif, ont pour objet de procéder à des ajustements, en cours d’année, afin de tenir compte de la réalité de l’exécution des recettes et dépenses.
Le budget primitif 2019 du Département s’élève à 435,1 millions d’euros et progresse de plus de 6 millions d’euros par rapport à 2018. Il est à souligner que cette année encore, en dépit d’un contexte budgétaire de plus en plus contraint induit notamment par la décision de l’Etat de plafonner à 1,2% la hausse des dépenses de fonctionnement du Département, et de la progression des dépenses en faveur de l’action sociale et médico-sociales, ce sont plus de 72 millions d’euros qui sont consacrés à l’investissement, soit plus 3,2%  par rapport à l’an dernier, afin de soutenir l’emploi et l’activité économique en Haute-Vienne.

Isabelle BRIQUET,
Président de la commission de synthèse

Publié le 12/04/2019

Groupe Les Républicains - UDI - MODEM - Indépendants

Réforme de la fiscalité locale : qu’en sera-t-il ?

A l’automne dernier, le Président de la République a déclaré son intention de remettre à plat l’imposition locale en prononçant ces mots « Je veux une réforme ambitieuse, cohérente dont la taxe d’habitation n’est que le premier acte ».
Les évolutions législatives de ces dernières décennies ont considérablement modifié les territoires justifiant ainsi une nouvelle répartition de la manière de collecter l’impôt.
Nous pensons qu’il serait pertinent que cette refondation conduise prioritairement à une simplification tant la juxtaposition des différents échelons et la création des compensations, des péréquations verticales, horizontales ont complexifié ce système dans lequel in fine plus personne ne s’y retrouve.
Par ailleurs, nous considérons que le panier fiscal devrait désormais contenir des recettes nationales et des recettes locales. En effet, aujourd’hui, les collectivités locales ne perçoivent pas de part nationale à l’exception du faible pourcentage de TVA alloué aux régions. Or, les collectivités locales conduisent des politiques publiques à caractère national comme la gestion et le financement du RSA et la prise en charge des personnes âgées et handicapées pour les départements.
Ainsi, le financement pérenne des allocations de solidarité des départements (AIS) pourrait être assuré par une part de CSG ce qui permettrait d’autre part de recentraliser au niveau de l’Etat les DMTO. Le reversement de CSG serait, selon nous,  plus conforme à la compétence sociale des départements. Mais sera-t-elle à la hauteur de l’ambition annoncée

Publié le 12/04/2019

Groupe ADS-PCF

La cantine du Président,

Les élus du groupe ADS-PCF du Conseil départemental de la Haute-Vienne ont soutenu la décision d’adhérer à l’association Agrilocal. Nous avons souhaité au travers de cette plateforme mettre en relation les producteurs locaux et les gestionnaires de restaurants collectifs, notamment dans les collèges.
Une demande forte émane des parents pour favoriser les circuits courts et favoriser les denrées de qualité émanant de l’agriculture durable, en soutenant les agriculteurs de nos territoires et en leur permettant de nouveaux débouchés pour leurs produits. Toujours dans le domaine de la restauration scolaire, nous sommes, à l’inverse, très inquiets par l’annonce faite par la secrétaire d’État auprès du ministère de la Santé dans le cadre du plan pauvreté d’introduire la notion de la cantine à 1 euro.
Si on peut être d’accord sur le principe de pouvoir fournir des repas à tous à très bas prix, reste la question du financement. L’Association des Maires France a en effet très vite pris position en posant la question du « reste à payer » qui risque une nouvelle fois de retomber sur les communes. En d’autres termes, nous n’aimerions pas que la générosité présidentielle soit financée avec l’argent des autres.

Groupe ADS – PCF 

  • Pierre ALLARD, canton de Saint-Junien
  • Sylvie TUYERAS, canton de Saint-Junien
  • Thierry LAFARGE, canton d’Eymoutiers
  • Jacqueline LHOMME-LEOMENT, canton d’Eymoutiers

Publié le 12/04/2019