Vidange de l’étang de la Pouge

Le 27 septembre 2018

À compter du 1er octobre 2018, le Département, réalise la vidange de l’étang de la Pouge, afin de préserver la qualité du milieu et d'effectuer les opérations de maintenance des ouvrages. 

L’opération devrait durer 6 mois : la fermeture des vannes est prévue pour le 4 février 2019 et l’étang devrait retrouver son niveau un mois plus tard.

Afin de limiter les impacts de cette opération sur le milieu naturel, un bassin de décantation situé à l’aval, permet de stocker et de décanter les sédiments, avant rejet des eaux dans le Gorret.

Et pour prévenir tout risque de pollution, le Département fera procéder à un suivi de la qualité des eaux pendant toute la période de vidange sur 3 stations en aval immédiat de la retenue et jusqu’à plus d’un kilomètre de l’étang.

Outre la préservation de la qualité du milieu et des écosystèmes, la vidange permettra de réaliser des visites techniques approfondies du barrage, des vannes, du déversoir de crue…

La dernière vidange avait eu lieu en 2012 (celle prévue en 2017 a été reportée à cette année en raison de la vidange du lac de Saint-Pardoux programmée elle aussi en 2017).

À noter que les abords de l’étang et notamment le sentier d’interprétation restent accessibles pendant la vidange.

Le calendrier

  • 1er octobre 2018 : ouverture progressive des vannes.
  • 8 novembre 2018 : opération de récupération du poisson.
  • Assec jusqu’au 4 février 2019, date de fermeture des vannes.
  • 9 mars 2019 : réouverture de la pêche.

Les poissons

L’étang est équipé d’une pêcherie qui permet de récupérer les poissons. Dès le début de la vidange, des grilles de récupération du poisson seront installées. Elles permettront de récupérer les poissons aspirés par l’ouverture des vannes avant la vidange totale du plan d’eau et l’opération de récupération piscicole.

Jeudi 8 novembre 2018 : opération de récupération piscicole. Cette intervention sera menée par un pisciculteur avec l’appui des bénévoles de la Fédération de la Haute-Vienne pour la pêche et la protection du milieu aquatique.

Les poissons seront triés suivant les espèces et orientés vers diverses destinations : ré-empoissonnement ou équarrissage pour les espèces nuisibles, ou les poissons en mauvais état sanitaire.

En 2012, 9 157 kg de poissons avaient été pêchés

Retour aux actualités