Témoignage – Interview de Laurent Frion, directeur du CDEF

Le 06 mai 2020

Comment les équipes et les enfants du Centre départemental de l’enfance et de la famille traversent cette période de confinement ? Laurent Frion, directeur de l’établissement répond à nos questions.

"Au Centre départemental de l’enfance et de la famille, nous avons, dès le 9 mars, anticipé le confinement et convoqué le CHSCT (comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail). Toutes les personnes dites à risque ont été mises en autorisation d’absence, soit 30 agents (20 % des effectifs). On a donc anticipé les renforts humains parmi les contractuels que l’on connaissait, mais aussi la réserve sociale, civique et les écoles de formation d’éducateurs, techniciens de l’intervention sociale et familiale… 18 personnes au total.

Tous les professionnels sont présents, sur le pont, depuis le début du confinement. Cette stabilité des effectifs a donné des repères aux enfants, ce qui a été très bénéfique. Les chefs de services ont été très réactifs et force de proposition, nous sommes en lien chaque jour pour anticiper les problèmes. Les professionnels ont immédiatement su s’adapter, les pédopsy du CH Esquirol et les psychologues du CDEF ont été présentes au-delà même de leurs fonctions, les éducateurs ont fait preuve d’une grande créativité pour faire comprendre aux enfants l’enjeu du confinement, un veilleur de nuit a créé des vidéos de sport pour les faire se dépenser... Il faut dire que toutes les structures d’accueil disposent d’espaces extérieurs et avec le beau temps cela a beaucoup aidé.

Bien sûr, il y avait la crainte de nouvelles admissions et parmi elles, de cas de Covid-19. Mais là-aussi nous avions anticipé et créé, avec l’aide des services du Département, une unité de quatorzaine de 6 places. Cela a permis aux professionnels et aux enfants de ne pas se sentir en danger.

Nous avons aussi anticipé la rupture dans les visites en instaurant des relations vidéo entre les familles et les enfants.

Enfin, nous avons voulu donner du sens à ce confinement. Les éducateurs ont proposé aux enfants de raconter leur vie, leur quotidien, dans des vidéos, photos, dessins… Cela a très bien fonctionné, ils se sont prêtés au jeu et se sont livrés, confiés, ils ont pu évacuer le trop plein d’émotion.

Tous les professionnels du CDEF ont la même volonté, avancer et protéger les enfants qui ont su faire preuve d’une capacité de résilience incroyable."

Retour aux actualités