Inauguration de la galerie « Oradour, visages »

Le 03 juillet 2018

Ce mardi 3 juillet, le Centre de la Mémoire d'Oradour inaugure officiellement sa galerie « Oradour, visages », où figurent désormais les 642 victimes du massacre du 10 juin 1944.

La galerie "Oradour, visages" a pris place dans le tunnel menant aux ruines du village martyr.

Sur les longs murs de cet espace, on découvre désormais les 642 plaques de porcelaine, qui rendent un visage aux victimes.

Cet accrochage est le fruit d’un long travail de collecte de photos jusque-là restées dans les familles. Cette initiative, lancée à l’occasion des 70èmes commémorations du massacre du 10 juin 1944, en partenariat avec l’Association nationale des familles des martyrs d’Oradour-sur-Glane a permis de réunir 530 portraits sur les 642. L’objectif du Centre était de montrer des visages pour répondre à une question : ces 642 victimes, qui étaient-elles ?

Le Centre de la mémoire a ensuite décidé de transférer ces photos sur des plaquettes en porcelaine, matériau noble en cohérence avec le patrimoine local.

Pour cela, les images collectées ont été transformées en chromolithographies (ou chromos), décalquées sur les pièces de porcelaine et enfin recuites pour fixer le décor dans l'émail. C’est l’entreprise limougeaude Ego Déco qui a réalisé bénévolement ce travail. Les 642 plaques ont été fabriquées gracieusement par Les Porcelaines de la fabrique à Saint-Brice-sur-Vienne.

L’actualisation de la scénographie du Centre de la mémoire


Le Centre de la mémoire n’a pas connu de modification du contenu présenté aux visiteurs, sur la forme ou sur le fond, depuis son inauguration en 1999.

Le Département a donc décidé de lancer ce travail d’actualisation de la scénographie, qui permettra également de répondre aux attentes nouvelles du public.
Les évolutions  Les évolutions permettront  Les évolutions Les évolutions permettront :

  • d’intégrer des travaux de recherche récents : sur la France de Vichy, le nazisme, la justice (inclusion des procédures récentes de la justice allemande) ;
  • d’enrichir le parcours des visiteurs avec de nouvelles thématiques autour de la mémoire (les commémorations, les réflexions contemporaines sur les ruines et leurs usages sociaux, etc.) ;
  • d’intégrer des contenus numériques, permettant ainsi de réduire le volume de texte au profit de bornes et écrans interactifs ;
  • De revoir le contenu et la place de certains sujets présents dans l’exposition actuelle.

Par ailleurs, les conditions d’accueil du public seront améliorées, notamment pour l’accueil des groupes. L’accès aux expositions et au village martyr sera repensé ainsi que le positionnement de la librairie.

A ce stade, un délai de trois à quatre ans semble nécessaire à l’aboutissement du projet.

Retour aux actualités